De cette manière, votre logement reste supportable à la retraite

Vous avez mérité votre retraite - avec quelques points, vous pouvez vous assurer que vous pourrez en profiter sans soucis financiers.

Imaginez-vous que vous êtes à la retraite, vous avez remboursé une grande partie de votre bien immobilier, tout semble parler en faveur d'une retraite sans soucis - et ensuite votre créancier vous contacte et exige un remboursement partiel de votre hypothèque pour prolonger l’hypothèque. Comment est-ce possible ?

Cela s'explique par le calcul de supportabilité, selon lequel les coûts totaux de la maison ou de l'appartement (c'est-à-dire l’hypothèque, l'entretien, les charges et l'amortissement) ne peuvent pas représenter plus d'un tiers du revenu annuel - et après la retraite, celui-ci est généralement réduit de 25 à 30 pour cent. A ceci s’ajoute le calcul avec un taux d'intérêt hypothécaire théorique de 5 %, soit beaucoup plus que le taux d'intérêt actuel du marché. Même si vous pourriez financer l'hypothèque sans problème, l'établissement financier peut décider que le risque est trop grand pour elle et que vous devez réduire le montant du crédit. 

Afin que vous ne vous retrouviez pas dans cette situation, cela vaut la peine de réfléchir en temps opportun aux points suivants :

1.    Etablir un budget

Même si la retraite semble être loin dans le futur : au plus tard à partir de 50 ans, vous devez faire une extrapolation des rentrées d’argent et des dépenses attendues. N'oubliez pas que les coûts de la santé ont tendance à augmenter avec l'âge et que le revenu diminue. S'il s'avère que l'hypothèque est trop élevée pour la rente prévue, vous avez encore le temps de prendre des contre-mesures en épargnant et en mettant plus d'argent de côté dans le pilier 3a ou 3b, en comblant les lacunes de la caisse de pension ou en travaillant sur l'amortissement de l'hypothèque.

2.    Assurer les liquidités

Vérifiez si votre hypothèque n'a pas été trop lourdement amortie, car trop de capitaux propres sont alors immobilisés dans la propriété. Afin de rééquilibrer vos liquidités pour la rente, vous pouvez également augmenter à nouveau votre hypothèque en tenant compte du point 1. De cette façon, vous pouvez également assurer votre niveau de vie habituel pendant la vieillesse. 

3.    Vérifier la rente immobilière 

Si vous êtes déjà plus âgé, vérifiez l'offre d'une rente immobilière (également appelées hypothèques pour séniors ou hypothèques inversées). L'hypothèque sera augmentée et une partie du capital sera utilisée pour le paiement d'intérêts futurs sur l'hypothèque existante. Avec le reste, vous améliorez votre retraite.

4.    Comparer les créanciers hypothécaires

Si vous prévoyez de rénover votre maison et que vous devez contracter une deuxième hypothèque pour le faire, soyez bien informé sur les créanciers. Contrairement à la première hypothèque, la seconde comporte des exigences de remboursement plus strictes. La dette hypothécaire doit être amortie dans un délai maximum de 15 ans ou au plus tard à l'âge de la retraite aux deux tiers de la valeur d’avance de l'immeuble.

Avec un peu de prévoyance, rien ne s'oppose à une retraite paisible - commencez à y penser dès l'âge de 50 ans. Et même si vous n'avez pas pris les mesures adéquates à l’avance, tout n'est pas perdu, car avec une hypothèque intergénérationnelle, le bien immobilier est transféré aux membres de la famille en responsabilité solidaire.
 

Notre App pour tout: Trouver, comparer et conclure une
hypothèque ! En avant !

Cette page utilise des Cookies. Vous trouvez plus d’informations dans la politique de confidentialité.